dimanche 11 décembre 2011

Veolia-Transdev : la désillusion au bout du mariage



Le 06 décembre 2011 par Olivier Cognasse
Bus Transdev
© D.R.
  Le patron de Veolia Environnement a annoncé, ce mardi 6 décembre, la cession d'ici à deux ans des activités transport de son groupe. Neuf mois après la fusion avec Transdev, cette décision a de quoi surprendre.
Le 3 mars dernier, Antoine Frérot, le Pdg de Veolia et Jérôme Gallot, le tout nouveau directeur général de la filiale transport annonçaient la fusion de Veolia Transport et de Transdev. Et tout le monde applaudissait la création d'un géant français du transport public qui réalise un chiffre d'affaires de 8 milliards d'euros.
Le capital est détenu à parts égales par Veolia Environnement et la Caisse des dépôts (CDC). Malgré quelques déboires sur le sol français avec des autorités organisatrices habituées à Transdev et réticentes envers le nouvel opérateur, il avait enregistré quelques succès comme récemment à New-York (réseau de bus de Long Island) et au Chili (Réseaux de bus à Santiago). Et il lance Thelo le premier opérateur de chemins de fer privé sur le sol français avec l'italien Trenitalia. Le 11 décembre prochain, circulera le premier Paris-Venise…
En 2010, la Ratp avait dû céder ses parts (25,6 %) dans Transdev en échange de 340 millions d'actifs en France, en Suisse, en Italie et au Royaume-Uni. Une bonne opération pour la régie. Selon un proche du dossier, "c'était plutôt l'occasion de clarifier, pour Transdev ancienne formule, et la RATP, une situation qui était figée et de récupérer des actifs plutôt que des finances". Sous la double pression du patron de Veolia, Henri Proglio et de son ami Nicolas Sarkozy, l'ancienne Compagnie générale des eaux avait hérité de cette société au détriment de Keolis.
Aujourd'hui, Antoine Frérot annonce : "nous avons décidé de rechercher de nouveaux actionnaires pour l'activité transport. Elle présente en effet moins de synergie avec nos autres activités et nécessite d'y consacrer d'importants moyens financiers. Veolia n'est pas le mieux placé pour assurer le développement de Veolia Transdev". Quel constat d'échec ! Et de proposer une solution dans les deux ans à venir.
"L'activité transport peut intéresser les partenaires actuels mais aussi des investisseurs financiers ou industriels. Les premiers contacts ont déjà été pris mais rien n'est fait. (…) L'allègement de Veolia Transdev se fera soit par une vente, soit par dilution d'actions". Une telle décision, neuf mois après la fusion permet de se poser quelques questions ?
Est-ce que cette opération était seulement destinée à rendre la mariée plus belle, afin de la vendre plus facilement ? Aujourd'hui, alors que la France est souvent montrée du doigt par Bruxelles pour la fermeture de son marché, n'est-ce pas l'occasion d'ouvrir le capital à un partenaire étranger.
Et on ne peut s'empêcher de penser à la grande rivale de la SNCF, la Deutsche Bahn, l'un des rares opérateurs à avoir les moyens financiers en Europe ou à des groupes asiatiques comme MTR. Certains spécialistes du secteur évoquent des groupes puissants comme Vinci. Mais on ne peut pas écarter Keolis et la RATP d'un éventuel tour de table. Pierre Mongin, le patron de la régie qui rêvait à l'époque de prendre les manettes de Transdev, n'a peut-être pas renoncé…

jeudi 8 décembre 2011

Veolia va se séparer de sa branche transport

MER ET MARINE


Le ferry Napoléon Bonaparte, de la SNCM
crédits : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU


08/12/2011

Dans un contexte financier difficile et après la dégringolade (-58%) de son titre en bourse, Veolia, par la voix de son président Antoine Frérot, a annoncé hier un important programme de restructuration de son activité. Le but du jeu est clair : réduire la dette du groupe, actuellement de 15 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 35 milliards et rassurer les investisseurs. Pour cela, Veolia a décidé de se recentrer sur trois métiers : l'eau, la propreté et le service énergétique. Et de se séparer de son activité transport en se désengageant de sa filiale Veolia Transdev, actuel leader européen du transport de voyageurs, spécialisée dans les réseaux urbains, ferroviaires et maritimes. L'activité Transports, selon Antoine Frérot, présente « moins de synergie avec nos autres activités et nécessite d'y consacrer d'importants moyens financiers. Veolia n'est pas le mieux placé pour assurer le développement de Veolia Transdev »
Cette dernière, créée en mars dernier, est détenue à parité par Veolia et la Caisse des Dépôts et Consignations. Veolia compte dans les deux ans à venir « recomposer » l'actionnariat de sa filiale, soit via une vente, soit au travers d'une dilution de ses actions.

L'Ile de Groix, de la Compagnie Océane (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

66% dela SNCM et des contrats de délégations de service public

Pour mémoire, Veolia Transdev gère plusieurs lignes maritimes en France, avec notamment la délégation de service public pour la desserte des îles du Morbihan (avec la Compagnie Océane et la Compagnie du Golfe), la desserte de l'île d'Aix et des îles du Frioul. Veolia est également actionnaire à 66% de la SNCM, qui projette de lancer un grand plan d'investissement en commandant 8 nouveaux navires pour la desserte de la Corse.
« L'activité transports peut intéresser des partenaires actuels mais aussi des investisseurs financiers ou des industriels. De premiers contacts ont déjà été pris, mais rien n'est fait », a précisé Antoine Frérot. La Caisse des Dépôts et Consignations a indiqué, de son côté, qu'elle n'avait « aucun projet de désengagement, ni à court ni à moyen terme ». Des noms d'industriels intéressés circulent déjà. Parmi eux, le principal concurrent français de Veolia, RATP Dev - Keolis, les Britanniques de FirstGroup ou encore les Allemands de Deutsche Bahn.

mercredi 7 décembre 2011

Communiqué CFDT Syndicat Maritime Bretagne

Bonjour à toutes et tous,

Vous trouverez, en pièce-jointe une rapide revue de presse résumant, dans les premiers articles, les décisions prises par la direction de Véolia.
Ces annonces ne peuvent qu’inquiéter un peu plus les personnels de la Cie Océane qui commençaient à peine à « digérer » les conséquences du changement de délégataire intervenu en 2008.

Comme nous, les 31000 salariés de Véolia transport France attendent désormais de savoir quel sera leur avenir.

Les premier contacts avec les représentants CFDT du Comité de groupe ne nous permettent pas d’en savoir beaucoup plus sur le sort qui nous sera réservé.
Il semble néanmoins que Véolia se donne 2 ans pour boucler cette opération et que la piste d’un repreneur unique soit privilégiée. Dans cette hypothèse seul un grand groupe, industriel ou financier aurait les « reins assez solides » pour procéder à une telle acquisition.
 La caisse des dépôts et consignations, actuellement actionnaire à 50% du groupe, pourrait, dans un premier temps, en reprendre la totalité.
Reste à savoir ce qui se passera par la suite; irons-nous vers un démantèlement par secteurs d’activité ( Ferroviaire, routier, maritime…)? et même, par la suite, vers une vente par « appartements » ( compagnie par compagnie) ; il est trop tôt pour le dire.

Le 13 Décembre, lors de la réunion du Comité d’entreprise de la Cie Océane, nous questionnerons notre direction ; mais, à moins que par miracle, la situation ne soit clarifiée d’ici là, nous avons peu à attendre des réponses de nos dirigeants qui, cette fois, se retrouvent dans la même galère que nous.

En revanche, le 14 Décembre, se tiendra le Comité de groupe où les représentants de la CFDT pourront questionner directement Antoine Frérot le président de Véolia France ; c’est lui qui a pris la décision de se séparer de la branche transport.
Nous pourrons alors vous tenir informés avec un peu plus de précision.

Ainsi, alors qu’un certain nombre de dossiers sont sur la table pour les élus, nous allons probablement devoir affronter une situation d’une toute autre importance qui risque de reléguer au second plan les sujets en cours actuellement.

Nous allons impérativement devoir mettre de côté nos dissensions ou petites querelles internes et soutenir l’action de nos représentants. Notre section est forte de 102 adhérents (27 sédentaires et  75 navigants), nous avons donc les moyens de faire entendre notre voix.

Dès que nous en saurons plus sur les conséquences des actions en cours, nous interpellerons les « décideurs » pour que les personnels ne fassent pas, une fois de plus, les frais de cette situation nouvelle.

Amicalement

Claude Huchet

mardi 6 décembre 2011

Communiqué CFDT



Veolia Environnement sort de son activité transport


France
Transports mardi 06 décembre 2011

Le groupe Veolia Environnement a annoncé ce mardi qu’il allait sortir de son activité dans les transports publics et quitter sa filiale commune avec la Caisse des dépôts (CDC) Veolia-Transdev, pour se concentrer sur ses trois autres métiers (eau, propreté, services énergétiques).
« Le groupe accélère le recentrage de ses activités, qui le conduira à céder 5 milliards d’euros d’actifs au cours des deux prochaines années, avec en particulier une concentration sur trois métiers (eau, propreté, services à l’énergie) », indique Veolia, dans un communiqué détaillant un plan de restructuration annoncé à l’été.
Le groupe, qui vient de fusionner son activité transports publics avec Transdev de la Caisse des dépôts, évoque seulement « une recomposition de l’actionnariat de Veolia-Transdev en concertation avec la CDC ».
Réduire la dette de 15 milliards d’euros
Par ailleurs, le groupe, qui cherche à restaurer sa rentabilité et à se désendetter en réduisant sa taille et sa présence géographique, compte céder ses activités d’eau régulée au Royaume-Uni et celles de déchets solides aux Etats-Unis.
Toutes ces mesures de redressement devraient permettre de réduire de 15 à 12 milliards d’euros son importante dette nette d’ici 2014.
Veolia va accroître ses réductions de coûts avec un impact positif sur le résultat opérationnel de 120 millions d’euros en 2013, puis de 220 millions d’euros en 2014 et 420 millions en 2015.
«Pas besoin de licenciements»
La restructuration de Veolia Environnement, et les réductions de coûts qui y sont associées, n'entraînera aucun licenciement en France, un ajustement des effectifs se faisant uniquement par départs naturels, a indiqué le PDG du groupe Antoine Frérot.
«Pour mener à bien ces économies de coûts, nous n'avons pas besoin de licencier et même nous continuerons à embaucher», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Veolia emploie quelque 110 000 personnes en France et compte 7 000 à 8 000 départs naturels par an.

lundi 5 décembre 2011

Finist'mer va reprendre la desserte de l'île d'Arz




crédits : FINIST'MER


05/12/2011

Le Conseil général du Morbihan devrait, selon nos confrères du Télégramme, entériner mercredi l'attribution de la desserte maritime entre Vannes, Séné et l'île d'Arz à la Compagnie nantaise Finist'mer. Cette délégation de service public, d'une durée de 6 ans, doit débuter le 1er janvier. La DSP est assurée depuis 2006 par la Compagnie du Golfe, une filiale de Veolia qui concourrait à sa propre succession. En commission, l'autorité départementale a, néanmoins, préféré l'offre de Finist'Mer à celle de l'actuel délégataire, ainsi qu'au dossier d'un troisième candidat, la Compagnie des Iles, bien connue à Vannes avec sa filiale Navix. « La proposition de la Finist'Mer est bien meilleure en coût et en prix pour l'usager. Il n'y avait aucune espèce d'hésitation. C'est une compagnie qui a en outre des références », a précisé vendredi François Goulard, président du Conseil général du Morbihan.
Selon le Télégramme, le cahier des charges fixé par le Département comprend 8 rotations en hiver de 6h45 à 20h (7 le dimanche et jours fériés), 11 à la mi-saison aux mêmes heures (10 le dimanche) et 11 en saison. Ce service de base était assorti d'un prix qui doit être inférieur à 4.06 € pour les insulaires et à 9.50 pour les non-insulaires. Le trafic de marchandises entre la cale de Barrarach à Séné et le port de Béluré à l'île d'Arz fait également partie du marché.
Pour mémoire, Finist'Mer exploite déjà un service dans le Finistère, entre Le Conquet et Ouessant. La Compagnie est également présente sur la Manche, où elle exploite une ligne vers les îles anglo-normandes, où encore en Loire-Atlantique, avec des croisières sur la Loire et le service de Navibus à Nantes.

dimanche 2 octobre 2011

Coup de tabac sur les liaisons vers les îles


Session du conseil général. Nombre de passagers en baisse, risque de diminution des rotations, un seul bateau vers Groix cet hiver : la Compagnie Océane a été malmenée hier par les élus.
Deux pétitions différentes signées par des centaines de passagers depuis ces derniers mois, une délégation de Groisillons reçue récemment au conseil général, des chiffres de fréquentation à la baisse entre 2009 et 2010, tant pour Groix (-14,6 %) que pour Houat et Hoëdic (-13,8 %), voire Belle-Ile (-1 %) : la desserte des îles du large a suscité un vif débat hier au conseil général à Vannes. Les difficultés financières que connaît la Compagnie Océane, en charge de ce service par délégation depuis 2008 pour une durée de sept ans, ont été évoquées. « Ses recapitalisations en 2008 et 2010, respectivement de 2,5 et 1,5 millions d'euros, par sa société-mère Véolia Transport, n'ont pas permis de revenir à l'équilibre. En 2010, le déficit de 837 000 € vient encore dégrader la structure financière déjà fragile », souligne Gérard Le Tréquesser, l'élu en charge de la mer au conseil général.
De longs travaux au port de Groix et une mauvaise météo pour les vacances pourraient expliquer ce recul des passagers. Mais plus inquiétant est le taux moyen de remplissage des navires pour l'ensemble des îles : ils sont inférieurs à 30 % à l'année.
Service public
La Compagnie Océane a donc décidé pour cet hiver de réduire ses frais en ne faisant naviguer qu'un bateau vers Groix. D'où la colère de ces îliens, relayée hier par leur conseillère générale, Denise Guillaume : « C'est un ras-le-bol qui s'exprime. Nous savons que ces liaisons sont déficitaires mais Groix ne doit pas être le parent pauvre. C'est le maintien d'une vie économique, de l'emploi qui est en jeu. Le Département avait voté la construction de deux sisterships type Bangor afin que ces bateaux soient interchangeables et que les îles se dépannent entre elles. Cette construction est indispensable. Cet hiver, il n'y aura pas de remplacement si le navire a une avarie. La solution qu'on nous propose à chaque fois est L'Acadie, un bateau de 40 ans peu confortable sur lequel les personnes âgées et handicapées ne peuvent accéder au salon passagers et aux toilettes ! »
Élu de Belle-Ile, Yves Brien a enfoncé le clou : « Réduire les frais en diminuant le nombre de liaisons serait une erreur car il en va du maintien des populations sur les îles. Ces liaisons sont considérées comme un service public. Mais c'est aussi un service touristique qui a des retombées sur l'ensemble du territoire et c'est enfin une source d'emplois permanents et saisonniers sur le littoral. Sans oublier que le personnel ne doit pas non plus faire les frais de ces déficits chroniques. »
Le président François Goulard s'est voulu rassurant : « C'est en effet un service public qui se conçoit à l'échelle du Morbihan. Quelles que soient les difficultés financières, il n'y aura aucune interruption de ces liaisons. »
Comme pour concrétiser son intervention, il a fait voter dans la foulée la modernisation du navire Saint-Tudy. A partir de la fin octobre, les deux moteurs et le propulseur de ce bateau, mis en service en 1985, seront changés pour 1,3 million d'euros, financés par le Département. Pour autant, aucune solution n'a été avancée pour améliorer la desserte de Groix cet hiver.
Patrick CERTAIN.

mardi 27 septembre 2011

Chômage Des mesures à prendre tout de suite

COMMUNIQUE DE PRESSE N°67 du 26 septembre 2011  

Les mois se suivent et se ressemblent sur le front du chômage. L’augmentation globale du chômage en août (+ 20 200 personnes) rappelle que derrière les chiffres se trouvent des personnes qui vivent des situations extrêmement difficiles. Plus de 38% des chômeurs inscrits à Pôle emploi le sont depuis plus d’un an. L’exclusion durable de l’emploi entraîne la progression de la pauvreté pour une part croissante des familles.

Au-delà de nécessaires politiques de soutien et de relance de l’emploi à mettre en œuvre, la CFDT demande au gouvernement de prendre les mesures suivantes :
·         Mettre fin aux heures supplémentaires défiscalisées dont l’accroissement est contreproductif pour l’emploi ;
·         Abonder financièrement les mesures d’accompagnement et de soutien à l’emploi des jeunes que les partenaires sociaux ont négociées au printemps ;
·         Faire des contrats aidés de véritables outils d’insertion professionnelle et non une contrepartie à une allocation. La CFDT souhaite que la durée du travail d’un Contrat unique d’insertion tende vers le temps plein et soit doublée d’une formation et d’un réel accompagnement des bénéficiaires ;
·         Revaloriser les minima sociaux à 520 euros par mois et fixer leur évolution proportionnellement au seuil de pauvreté ;
·         Maintenir les moyens de Pôle emploi pour permettre un accompagnement renforcé des chômeurs qui en ont le plus besoin ;
·         Doter Pôle emploi d’une gouvernance impliquant davantage les partenaires sociaux et moins centralisée pour des actions concrètes d’accompagnement au plus près des chômeurs dans les territoires.
La situation est grave et le gouvernement serait bien avisé d’écouter  les acteurs sociaux pour construire des réponses avec eux.
 

La Touline dresse son bilan annuel de l'emploi maritime



crédits : Mer et Marine.com


26/09/2011

Chaque année, l'association La Touline, qui travaille depuis plus de 20 ans au placement, à la reconversion et à la formation des marins, fait le point sur son activité à l'occasion de son assemblée générale. Et il s'agit sans doute du meilleur baromètre de la santé de l'emploi maritime. « En 2010, nous avons eu 406 offres d'emploi et nous avons réussi à placer 207 personnes. 2011 s'annonce à peu près dans le même ordre d'idée », détaille Anne Le Page, directrice de l'association. Après le boom du milieu des années 2000, l'emploi maritime, à l'image du secteur tout entier, marque le pas. « Il y a encore beaucoup de travail dans le milieu maritime, il faut cependant bien s'orienter », précise Armel le Strat, président de La Touline.


L'assemblée générale de la Touline (© : MER ET MARINE- CAROLINE BRITZ)

Un manque criant de mécaniciens

Ainsi, on évoque un manque criant de mécaniciens, que ce soit à la pêche, au commerce et dans la grande plaisance, secteur dans lequel l'association s'est implantée grâce à l'ouverture d'un bureau sur la côte méditerranéenne. « Les postes d'officiers mécaniciens représentent près de 23% de nos offres non pourvues, auxquels s'ajoutent des postes d'ouvriers mécaniciens également restés vacants. Il y a une très forte demande à tous les niveaux de brevets, du 750kW au chef illimité ». A côté de cela, l'association a constaté un très fort embouteillage sur le secteur du capitaine 500 UMS. « Nous sommes très inquiets pour les petits brevets au pont. Auparavant, les armateurs avaient tendance à recruter des capitaines 200 sur des postes de personnels d'exécution. Désormais, la tendance est revenue au recrutement de matelots titulaires du CIN. Les capitaines 200, ainsi que les capitaines 500 sont de plus en plus placés à des postes de capitaines, limités en raison du faible nombre de navires de cette jauge ».
Du côté du recrutement du personnel d'exécution, « il y a des difficultés, certes, mais il y a du travail, sur les navires à passagers, particulièrement les vedettes, mais également à la grande plaisance, aux services portuaires et sur des navires spécialisés comme les câbliers qui recrutent des boscos et des matelots français », insiste Anne Le Page.

De grosses inquiétudes sur les embarquements des élèves officiers

Mais la plus grosse inquiétude et le nouveau phénomène de l'année 2010-2011 concernent les élèves officiers de la Marine marchande et les périodes embarquées, les « temps d'élève », qu'ils doivent effectuer au cours de leur scolarité. « L'an dernier, 56 d'entre eux sont venus nous solliciter parce qu'ils n'arrivaient pas à trouver un embarquement. Nous n'avions pas vu ça depuis longtemps et c'est très préoccupant, surtout que cela touche toutes les filières, polyvalent et monovalent, et particulièrement les chefs de quart passerelle », constate Marie Le Strat, bénévole de La Touline qui a consacré son année à aider les élèves à trouver un embarquement. Et cela n'est visiblement pas prêt de s'arranger. Avec la réforme du schéma pédagogique de la filière polyvalente, les calendriers d'embarquements sont de plus en plus compliqués à gérer pour les armateurs. « Ce n'est pas de la mauvaise volonté de notre part, c'est juste que cela devient extrêmement difficile. Toutes les filières font embarquer leurs élèves en même temps, sur des périodes parfois trop courtes. Nous avons maintenant des demandes pour des embarquements de quatre semaines, ce n'est matériellement pas possible. De même qu'il nous est impossible d'embarquer 10 élèves en même temps, nous n'avons ni la place ni le temps de les former correctement dans ces conditions », explique un armateur présent à l'assemblée générale de La Touline.

samedi 10 septembre 2011

Brittany Ferries. L'armement réintègre Serestel


Pour être exonérée des charges sociales de 233 personnels navigants, la Brittany Ferries a décidé de réintégrer sa filiale hôtelière, Serestel. Une stratégie qui vise à maintenir l'entreprise à flot.
La conjoncture économique n'est pas favorable à la Brittany Ferries. Ses dépenses se comptent en euros, tandis que ses recettes se font en livres dont le cours est faible. Le résultat de l'exercice 2010-2011 attendu cet automne devrait être négatif, sans pour autant mettre en danger l'entreprise. Aussi, la compagnie maritime cherche-t-elle à faire des économies dans tous les domaines. Hier, le conseil de surveillance de la compagnie maritime a décidé de réintégrer Serestel, la filiale hôtelière des navires créée en 1987 au sein de la maison-mère. L'intérêt? Sur un effectif global de 290 salariés, cette société compte 233 navigants susceptibles de bénéficier du régime de l'Enim (sécu des marins).

3M€ d'économie espérés

Un régime qui exonère largement les employeurs de leurs charges sociales. L'économie souhaitée serait de l'ordre de 3M€ par an. Un simple jeu d'écriturepour y parvenir? Pas tout à fait, expliquent la CFDT et la CGT. Si la direction a assuré que les salaires et les congés ne seraient pas modifiés, il reste un certain nombre de points à régler. Concernant les personnels sédentaires qui, eux, resteront affiliés à la Sécurité sociale, les syndicats veulent avoir l'assurance qu'il n'y aura aucune modification de leur plan de carrière, en changeant d'employeur. Pour les navigants, la situation est plus complexe. L'Enim est plus exigeant sur les conditions d'adhésion que la Sécurité sociale. Certaines pathologies (diabète, hypertension, etc.) ne sont pas admises chez les gens de mer. Que deviendront les personnels embarqués considérés comme inaptes?

Inquiétude des navigants

Les navigants s'inquiètent aussi pour leur retraite. Comment sera calculée leur pension, s'ils ont commencé à cotiser à la Sécu avant de passer à l'Enim? Pourront-ils partir à la retraite à 55ans comme le prévoit l'Enim? Ces questions seront abordées avec la direction lors des CHSCT et comité d'entreprise prévus jeudi prochain.

Long arrêt hivernal du Bretagne

En raison de la faiblesse du trafic transmanche, le «Bretagne» qui relie Saint-Malo à Portsmouth devrait être arrêté quatre mois cet hiver. Bien plus que ne le nécessite l'arrêt technique usuel d'un mois et demi.

lundi 29 août 2011

Quiberon. Deuxième gare maritime en France

Entre 900.000 et un million de voyageurs transitent par Port-Maria. Pour la compagnie Océane, qui assure les liaisons pour Belle-Ile, Houat et Hoedic, l'avant-saison a été meilleure que l'an dernier.


La compagnie Océane, une filiale de Veolia Transport, a été créée en janvier2008 quand le groupe a obtenu du conseil général le marché des liaisons maritimes entre Quiberon (Port-Maria) et les îles Houat, Hoedic et Belle-Ile, ainsi que la liaison entre Lorient et l'île de Groix. L'entreprise réalise 20millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie une centaine de salariés sédentaires (dans les gares maritimes) ainsi que 115 navigants. Avec les saisonniers, la compagnie, dirigée par Patrick Gerbeno, atteint un effectif de 350salariés, en coeur de saison. Elle transporte 1,4million de personnes par an.

Les touristes ont-ils été au rendez-vous, cette saison?
Jusqu'à fin octobre, on compte une importante fréquentation touristique. 2011 se caractérise par une très, très belle avant-saison, certainement favorisée par la météo. En mars, nous avons recensé 40.000 passages et en avril, 80.000 passages. L'avant-saison a été meilleure - de 6 à 10% - que l'an dernier. Le coeur de saison (juillet et août) a été plutôt stable. C'est aussi lié à la météo. Nous sommes totalement dépendants d'elle. On ne visite pas une île sous une pluie battante.

Que pèse la gare de Quiberon dans votre activité?
La gare de Quiberon voit passer entre 900.000 et 1million de personnes par an. Elle se situe entre celles de Vannes et d'Auray, par son importance. C'est la deuxième gare maritime après la Corse, en ce qui concerne le trafic de voyageurs.

C'est donc un moteur de l'économie locale?
Elle est importante pour une petite ville comme Quiberon, avec tous les défis que cela représente pour gérer le flux de visiteurs. 120.000 voitures par an, à destination de Belle-Ile, passent par la gare; c'est beaucoup. On voit bien que l'activité maritime génère une activité commerciale importante.

L'augmentation de votre clientèle touristique est-elle indispensable pour équilibrer votre activité?
Oui. Nous avons un double objectif: soutenir la vie économique et quotidienne des insulaires - cela fait partie de notre délégation de service public - et développer notre clientèle touristique. C'est indispensable à l'équilibre de notre activité. Notre obsession, c'est de faire connaître les territoires que nous desservons. Nous sommes le premier annonceur, en matière de communication concernant les îles.





Quelles sont celles qui attirent le plus?
Dans le coeur de saison, d'avril à septembre, on compte 600.000passages pour Belle-Ile et 100.000 passages pour Hoedic et Houat. Je suis très satisfait de la progression de Groix, de Houat et Hoedic depuis quatre ans. Nous avons mis en service un nouveau navire, renforcé les liaisons en hiver. Nous assurons aussi le transport de pêche. Les pêcheurs de Houat et Hoedic nous confient leurs poissons que la criée vient chercher à 17h, à la gare de Quiberon. Cela fait partie de notre mission de service public.

Vous arrive-t-il d'avoir des bateaux pleins, en coeur de saison?
Quand la demande est prévisible, il nous arrive de mettre en service un bateau supplémentaire comme ce samedi 27août. On peut aller jusqu'à 20 rotations par jour. Cette année, on est allé jusqu'à 18. C'est une offre conséquente.

Belle-Ile-en-Mer. Collision entre le Bangor et un voilier

29 août 2011
Hier, vers 14h, alors que le Bangor, navette de la compagnie Océane, venait d'appareiller en direction de Quiberon, une collision a eu lieu avec un voilier dans le chenal, à l'extérieur du port de Palais. Vraisemblablement lié à une erreur de compréhension entre les deux navires, le choc a endommagé le voilier, présent au niveau des mouillages extérieurs.

«Je ne l'ai ni vu ni entendu»

Heureusement, l'incident n'a pas entraîné de dommages corporels aux deux passagers du voilier mais aurait pu être plus grave selon l'adjoint au port, PatrickLepelletier-Boisseau, qui précise: «Cet incident s'est produit hors zone de compétence de la capitainerie car le choc a eu lieu dans le chenal». Le propriétaire du requin (type du bateau) montait ses voiles lorsqu'il a vu le Bangor face à lui. «Je ne l'ai ni vu ni entendu. Les câbles du voilier se sont accrochés à la passerelle du Bangor et le mât s'est cassé en trois morceaux», indiquait le propriétaire du voilier. «Il n'y a pas eu de blessé, un peu de casse mais rien d'irréparable», concluait-il. Les affaires maritimes ont été saisies, à l'issue des rapports de mer, afin de déterminer les éventuelles responsabilités des protagonistes de cette affaire.

vendredi 5 août 2011

Veolia va quitter la moitié des pays où il est présent

 


par Benjamin Mallet et Caroline Jacobs

PARIS (Reuters) - Veolia Environnement a publié jeudi des résultats semestriels fortement pénalisés par des dépréciations d'un total de 800 millions d'euros et annoncé qu'il quitterait d'ici la fin 2013 près de la moitié des pays où il est aujourd'hui présent.

Le numéro un mondial des services à l'environnement, qui va concentrer ses activités sur moins de 40 pays contre 77 aujourd'hui, a égalemen t annoncé sa future sortie du transport au Maroc, de la propreté en Egypte et de l'activité Marine Services aux Etats-Unis, ainsi que son "désengagement significatif" d'Europe du Sud.

Veolia prévoit en outre d'accélérer ses réductions de coûts, attendant désormais au moins 150 millions d'effet positif sur son résultat opérationnel 2013 et 250 à 300 millions en 2015, en complément de son plan d'efficacité annuel d'au moins 250 millions.

"La pression que nous connaissons sur les prix de nos services exige d'aller plus vite et plus loin. Les résultats apparaissent beaucoup trop lentement, c'est pourquoi je veux désormais accélérer très significativement la mise en oeuvre de (notre) politique de transformation du groupe", a déclaré le PDG Antoine Frérot.

"Nous aurons, c'est vrai, un groupe plus petit dans un an et demi. Plus petit mais, je pense, plus rentable."

Veolia détaillera fin 2011 son plan de restructuration, a indiqué Antoine Frérot, qui a succédé en 2009 à Henri Proglio, devenu PDG d'EDF. La réduction de la présence géographique du groupe concernera "moins de 10%" du chiffre d'affaires 2010, a-t-il précisé.

En matière de dividende, Veolia s'est engagé à maintenir pour 2011 un taux de distribution "élevé" par rapport au résultat net récurrent. Ce taux sera compris "entre 50% et 100%", a dit Antoine Frérot, sans toutefois se prononcer sur un maintien du dividende au niveau de 1,21 euro versé pour 2010.

L'ITALIE EN LIGNE DE MIRE

Le PDG de Veolia a également déclaré qu'il continuait de privilégier l'hypothèse d'une introduction en Bourse du nouvel ensemble qu'il forme avec Transdev dans le transport de voyageurs et que la réorganisation des activités dans l'eau en France - qui subissent une "forte pression sur les prix" - pourrait se traduire par des plans de départ volontaires.

A 11h35, le titre Veolia perdait 6,05% à 13,435 euros, enregistrant la plus forte baisse du CAC 40 (+0,09%) et un plongeon de 38,6% depuis le début 2011.

"La lourde restructuration (...) nettoyant les erreurs et les inerties de l'héritage du précédent 'management' est un élément positif. Reste la question de la visibilité sur le retour de la croissance en 2012-2013 (...) et du dividende payé l'an prochain", a estimé dans une note un analyste basé à Paris.

Veolia a accusé au premier semestre une perte nette part du groupe de 67,2 millions d'euros (contre un bénéfice de 374 millions), une capacité d'autofinancement opérationnelle de 1.741 millions (-3,5% hors Veolia Transdev), un résultat opérationnel récurrent de 938 millions (-10%) et des ventes de 16.287 millions (+15,5%).

Le groupe a en particulier subi les mauvaises performances de ses activités en Europe du Sud, en Afrique du Nord - dans l'eau et le transport au Maroc et dans la propreté en Egypte - et aux Etats-Unis dans l'activité Marine services.

Les dépréciations d'actifs concernent l'Italie à hauteur de 476 millions d'euros en raison de difficultés opérationnelles dans l'énergie et dans l'incinération et de perspectives limitées dans la gestion de l'eau dues, notamment, au financement des clients du groupe.

FRAUDE AUX ÉTATS-UNIS

"Nous envisageons (...) de revoir assez profondément notre position en Italie, même si nous nous refusons à donner la liste précise des actifs qui seront mis à la vente", a déclaré le directeur financier Pierre-François Riolacci.

Pour l'activité Marine services aux Etats-Unis, qui travaille pour l'industrie pétrolière, le groupe a constaté une fraude d'un montant total de 90 millions d'e uros sur les exercices 2007 à 2010.

Veolia a rappelé ses objectifs 2011, partiellement revus à la baisse vendredi, avec des prévisions de croissance organique de son activité, de cessions d'actifs d'au moins 1,3 milliard d'euros, de free cash flow positif après paiement du dividende et d'économie de coûts d'au moins 250 millions.

En termes de résultats, il vise toujours un opérationnel récurrent "en léger retrait" à change constant par rapport au chiffre publié en 2010 (hors Veolia Transdev).

Denis Gasquet va en outre quitter ses fonctions à la tête de la Propreté, particulièrement touchée par la crise, et prendre la responsabilité d'une équipe dédiée à l'organisation et à la réduction des coûts. Il est remplacé par Jérôme Le Conte, directeur des opérations de l'activité depuis fin 2009.

Edité par Dominique Rodriguez




samedi 16 juillet 2011

Bateau de Groix : en arrière toute !

En décidant pour cet hiver, la mise en service d’un seul bateau, le St Tudy, le conseil général et la compagnie Océane veulent faire des économies sur le dos des usagers.
La direction de la compagnie Océane se justifie en nous disant que c’est à la demande des Groisillons. Quels Groisillons ? Une enquête ? Un sondage ? Ou les élucubrations de la direction ?
« L’Ile de Groix » - mis en service il y a a 3 ans, d’une valeur de 13 millions d’euros payé par le contribuable –restera à quai ou remplacera le Bangor et le Vindilis sur Belle-Ile. Triste destinée pour un navire dont le nom a été choisi par les enfants et les habitants de Groix !
Perte de 5 emplois (sur 6 mois) – un bateau nettement moins confortable – un bateau moins accessible pour les personnes handicapées, les familles avec des enfants en bas âge (poussettes…), les personnes âgées – des horaires modifiés qui pénaliseront les salariés travaillant sur Groix et compliqueront l'approvisionnement de l'île.
:
Au départ de Lorient.
- 1° bateau à 8h15 au lieu de 7h30
- 2° bateau à 10h45 au lieu de 9h00
- 3° bateau à 13h45 au lieu de 13h15
- 4° bateau à 17h15 au lieu de 17h00
- 5° bateau à 18h45 au lieu de 18h15 (18h45 le vendredi)
Au départ de Groix.
- 1° bateau à 7h00
- 2° bateau à 9h30.
- 3° bateau à 12h30 au lieu de 13h30
- 4° bateau à 15h au lieu de 15h45
- 5° bateau à 17h30 au lieu de 18h15 (en semaine)
18h30 le dimanche (sans changement)

Soulignons au passage que les eaux usées sont rejetées en mer sur le St Tudy, alors qu’il y a zéro rejet sur « L’Ile de Groix ».

Nous pensons que les initiateurs de la construction de « L’Ile de Groix » n’ont pas pris en compte les spécificités de Groix.
Ainsi ce navire ne peut pas passer la nuit dans le port de Groix.
Sa capacité à transporter des véhicules a augmenté alors que l’île est envahie de véhicules, notamment l’été, et que le rapport de la délégation de service public du Conseil général préconisait « d’éviter un envahissement de l’île par les voitures » (page 6).

Nous réclamons le maintien de deux bateaux sur la ligne Lorient-Groix. Espérons que le conseil général, garant d’un service public de qualité, et la compagnie Océane reviendront sur cette décision qui pénalise les usagers !

Signez et faites signer la pétition !

http://cocig.org/Tract-et-Petition-Bateau-de-Groix
Le collectif citoyen de Groix .4.07.2011
Contact : contact@cocig.org

mardi 12 juillet 2011

Groix, la petite phrase qui fait mouche :


Lorsque l'Ile de Groix a été mis en service, ce ferry a été l'objet de nombreuses critiques de la part des Groisillons, il ressemblait à un fer à repasser, sa corne gênait, il était mal conçu pour les personnes âgées etc..D'autre part rien ne valait le Saint-Tudy, ne parlons pas du Kreiz er Mor qui remportait toutes les voix, il ne fait plus partie de la flotte du Conseil Général.

« Problème de solidarité entre les îles »
Les Groisillons ne voulaient surtout pas prêter l'Ile de Groix à Belle-Ile ou vraiment parcimonieusement.Le Conseiller Général de Belle-Ile Yves Brien s'en était ému et avait réagi, lors de la session du conseil général de janvier 2009. Yves Brien,était monté à l’abordage au sujet d’une épineuse et complexe histoire de bateaux propres aux habitants de Belle-Île et de Groix. «Sur Groix, il y a actuellement en service le Saint-Tudy et l’Île de Groix, tous deux à fort potentiel. Je signale au passage que le trafic sur Belle-Île est trois fois supérieur à celui de Groix, ce qui se traduit sur Belle-Île par des situations toujours très tendues» . Yves Brien avait demandé : « Comment se fait-il que l’Île de Groix ne navigue-t-il pas actuellement sur la ligne Belle-Île/Quiberon et l’Acadie avec son plein potentiel sur la ligne Groix-Lorient ? Non seulement c’est un problème de solidarité entre les îles mais c’est aussi un problème de bon sens ». Sa collègue de Groix, Denise Guillaume, s'était exclamée : « C’est comme ça ».

La petite phrase qui a fait mouche
Le collectif citoyen de l'île de Groix dénonce les choix de la compagnie Océane et du conseil général de n'affecter qu'un seul bateau le Saint-Tudy l'hiver. Il collecte pendant ce mois de juillet les signatures, cela permet d'en avoir un nombre plus important, qui ne sont pas forcément celles des usagers concernés !

Le Collectif a l'intention de demander un rendez-vous au conseil général du Morbihan.

Selon le collectif "le conseil général et Océane veulent faire des économies sur le dos des usagers. La direction de la compagnie Océane se justifie en nous disant que c’est à la demande des Groisillons. Quels Groisillons ? Ont-ils une enquête, un sondage ? ".

N'est ce pas la phrase de Thierry Bihan qui a fait mouche ?" A la limite, qu'on ne nous laisse qu'un seul bateau en raison de finances soi-disant tendues du délégataire, ça passerait, mais pas avec le Saint-Tudy, trop vétuste !" Alors que la motorisation du Saint-Tudy va être entièrement refaite pour 1 million d'€.

Le courrier de la mairie au conseil général du Morbihan

La commune de Groix adresse un courrier au président du département, François Goulard, pour dénoncer les récentes décisions prises par la compagnie Véolia et le conseil général concernant la desserte maritime de l'île.«Nous craignons des retards, car il n'y aura aucune souplesse dans les rotations, des retards d'approvisionnement avec un bateau qui arrivera après 9h, sans compter la gêne pour les personnes du continent travaillant sur l'île». «Nous apprécions l'effort du conseil général pour installer de nouveaux moteurs sur le Saint-Tudy cet automne; nous espérons que sa fiabilité sera augmentée, d'autant que ce bateau est aux normes de Port-Tudy. L'île de Groix et le Saint-Tudy offrent le maximum de confort aux Groisillons, nous regrettons ce retour en arrière alors même que tous nos efforts se portent vers le maintien d'une population permanente sur l'île»

Maintenant qu'il ne va plus y avoir qu'un seul roulier sur la ligne l'hiver pour raisons économiques et que ce sera le Saint-Tudy. Le navire l'Ile de Groix n'aurait que des qualités par rapport au Saint Tudy .

Les horaires seront modifiés c'est exact, mais quand à dire que cela va compliquer l'approvisionnement de l'île ce n'est pas sérieux.

lundi 11 juillet 2011

À Lorient, une couleuvre collier s’invite sur le bateau vers Groix

13:24 - lundi 11 juillet 2011
Ce matin, vers 9 h, les pompiers de Lorient sont intervenus pour récupérer… une couleuvre collier qui s’était invitée sur le bateau reliant Lorient à Groix (Morbihan). La passagère clandestine s’était glissée dans un camion d’élagage, au départ de Lorient, qui devait se rendre sur l’île. C’est l’équipage de la navette de la Compagnie Océane qui a repéré le serpent. Il a d’abord fallu la mettre dans un sac pour sécuriser le bateau. « Beaucoup de personnes ont pensé à une vipère (tête en triangle) alors que la couleuvre, (tête ronde) n’est pas dangereuse », a expliqué le major Bruno Boucher, du centre de secours de Lorient. Au retour de Groix, la couleuvre a été récupérée par les pompiers qui l’ont conduite dans un premier temps au Zoo de Pont-Scorff. Finalement, elle a été relâchée dans la nature. La couleuvre à collier est un serpent « aquatique » et se rencontre essentiellement près de l’eau.
Ouest-France  

mardi 28 juin 2011

Au creux de l'hiver, le Saint-Tudy assurera seul la desserte de l'île de Groix


Au creux de l'hiver, le Saint-Tudy assurera seul la desserte de l'île - Ile-de-Groix

vendredi 24 juin 2011

Le Saint-Tudy assurera seul la desserte cet hiver. Depuis hier, c'est acté, il n'y aura pas deux bateaux pour assurer la desserte de l'île cet hiver. Ce n'est pas une première puisque La Morbihannaise avait expérimenté ce fonctionnement avec le seul Saint-Tudy avant de perdre la délégation de service public en 2007. « Dans notre réflexion nous sommes focalisés sur la ligne de Groix, assure Patrick Gerbenno, directeur de la compagnie Océane. Les Groisillons sont très demandeurs du Saint-Tudy avec son salon au niveau du garage. Nous avons suivi cette demande ».
Entièrement remotorisé
Avant d'instaurer ce nouveau fonctionnement, le Saint-Tudy sera entièrement remotorisé entre octobre et novembre et devrait pouvoir naviguer bien au-delà de 2015. « Ces travaux s'élevant à plus d'1 million d'euros, financés par le conseil général vont permettre d'avoir un bateau encore plus fiable et robuste ».
L'Île de Groix, quant à lui, rejoindra Belle-Ile afin d'effectuer les remplacements du Bangor et du Vindilis. Le reste du temps, il sera à quai. « L'Acadie ne pouvant naviguer vers Belle-Ile en hiver, il est clair que l'Ile de Groix est le remplaçant des bateaux de Belle-Ile » souligne P. Gerbenno.
Pas fait pour Groix
Même si la compagnie affiche un trafic passager stable l'année dernière et un peu plus mauvais pour les véhicules du fait des travaux de la cale du printemps 2010, l'immobilisation constituera un gain financier. A l'heure de la présentation des grilles d'horaires qui découlent de ces changements, l'ambiance était quelque peu au fatalisme au sortir de la commission des horaires. « Arrive ce qui devait arriver, lance Thierry Bihan, représentant de Vivre à Groix. Nous savions, et nous l'avions dit, que ce bateau n'était pas fait pour Groix. C'est dommage d'avoir un bateau neuf et de ne pas l'utiliser ! »
Quelques aménagements
Dans un cadre figé où le roulier effectuera des rotations en continue toute la journée, c'est à la marge que les différents acteurs ont obtenu quelques aménagements. « A mon sens, la formule avec deux bateaux était meilleure car plus flexibles et adaptables à la vie insulaire » explique François Marguet, qui déplore un premier départ tardif de Lorient. Le conseil général ayant lancé une étude sur les liaisons maritimes et sur la construction d'un nouveau navire pour compléter la flotte du département, la question de la desserte vers les îles sera vraisemblablement remise en débat.
Horaires à partir de janvier
Groix-Lorient : 7 h, 9 h 30, 12 h 30, 15 h, 17 h 30 (16 h, 18 h 30 le dimanche). Lorient-Groix : 8 h 15, 10 h 45, 13 h 45, 17 h 15, 18 h 45.

dimanche 29 mai 2011

La métamorphose du Guerveur en yacht

Ceux qui l'ont pris pour aller à Belle-Ile ne le reconnaîtront pas. Racheté par un particulier, le navire a été refondu en yacht. Il accueillera aussi des manifestations à quai.

L'histoireIl y a deux ans, un industriel a racheté le Guerveur au conseil général qui l'avait déclassé de sa flotte. L'homme, patron de la société financière Augefi (stockage des déchets industriels), basée dans la région parisienne, a choisi de faire refondre le navire à Lorient. Il a chargé Michel Fabbri, spécialiste de la navale, depuis plusieurs années, de coordonner les opérations. « L'objectif étant de transformer ce roulier en navire apte à naviguer comme un yacht et qui permette aussi d'être exploité à quai », résume Michel Fabbri.
Présent au Festival interceltique
Il évoque des séminaires, des mariages, des opérations événementielles. « Le bateau sera d'ailleurs présent au Festival Interceltique de Lorient. Son départ n'est pas prévu avant la fin du mois d'août. » De nombreuses sociétés du pays de Lorient sont intervenues pour transformer ce petit paquebot : les sièges à passagers ont été enlevés pour aménager une vaste salle capable de recevoir 300 personnes.
Un salon extérieur protégé par toit de toile a été installé sur le pont supérieur. Dans la cale qui transportait les véhicules, une autre salle de réception a été créée. Le navire est entièrement climatisé. A cela s'ajoutent une cuisine de professionnels, des sanitaires.
Trois cabines de bonne taille
Le propriétaire a demandé que l'on installe trois cabines de bonne taille, pour son usage personnel. La sienne, installée à l'arrière aura vue sur la mer. Elles ont chacune une salle de bain attenante. « L'objectif étant pour lui de naviguer en famille ou avec des amis, mais de le rentabiliser aussi dans l'année, en le louant pour des manifestations. »
Les contacts commerciaux ont d'ailleurs démarré. Si on ignore combien le Guerveur a été acheté au conseil général du Morbihan, Michel Fabbri évoque un montant de travaux supérieur à un million d'euros. Ces derniers jours, les essais en mer ont été concluants.
Le brave Guerveur, construit en 1966, par les chantiers de la Perrière, pour assurer les liaisons entre Quiberon et Belle-Ile a donc encore quelques bonnes années de vie maritime devant lui. Il ne changera pas de nom mais il naviguera sous pavillon Rif (registre international français) et il a été immatriculé à Marseille, seul port apte à délivrer le Rif.


mardi 24 mai 2011

Championnats du monde de godille à GROIX

L'affiche des 1ers Championnats du Monde de Godille de Groix, signée Gildas Flahault, est en vente!
Tirage exceptionnel sur beau papier au prix de 20 euros, destinés à financer la manifestation.

Vous pouvez vous procurer cette affiche collector:
-dans certains commerces de l'île de Groix (Institut Iles et Elles, commerce Les Lunettes de Groix, Boutique Bleu Thé)
-à la Trinité sur Mer, au bar-restaurant L'Etage
-en nous adressant un mail à godille.groix@yahoo.fr

-lors des Championnats à Port Lay!
                                                   
Un inscrit Sauzonnais à encourager : Joël Morvant , Acteur de la vie insulaire..
Vas y JOJO!!!!










dimanche 22 mai 2011

Permanence du Comité d' Entreprise :

Bonjour à tous,
Grande première au CE : une fois par mois,  nous allons tenir une permanence du Comité d' Entreprise.
Cela commence      mercredi 25 mai, de 10 h à 12h 00 en gare maritime de Le Palais,
                             dans son local en consruction, en salle de réunion.
Nous y serons à votre écoute, concernant vos remarques et attentes par rapport à votre Comité d'Entreprise, afin de favoriser une évolution efficace de son fonctionnement. 
Alors à très bientôt !!!
Isabelle Prestat
Gare maritime
56360 Le Palais


02 97 31 60 62
06 76 36 06 55
isabelleprestat@aol.com
Secrétaire du Comité d'Entreprise

Compagnie Océane

dimanche 15 mai 2011

Les déchets ménagers quitteront l'île par cabotage


- Le Palais vendredi 13 mai 2011
La nouvelle organisation va permettre de réduire le transport par route. La communauté de communes (CCBI) a décidé de confier la gestion des déchets insulaires à des prestataires de services. La décision a été prise lors du conseil communautairen, mardi 10 mai.
La collecte, le transport et le traitement des déchets ménagers sur le continent ont été attribués à la Coved, filiale de la Saur, qui remporte également deux autres marchés, dont la gestion de la déchetterie, à Chubiguer. La collecte des colonnes d'apport volontaire a été attribuée à Grandjouan-Saco, filiale de Véolia.
Le personnel (un employé) pourra, au choix, travailler avec le sous-traitant ou occuper un autre poste au sein de la communauté de communes. Frédéric Le Gars, président de la CCBI, s'est montré particulièrement satisfait de la nouvelle donne concernant le transport vers le continent, qui fait la part belle au cabotage. Cela permet de réaliser des économies tout en ajoutant de la cohérence vis-à-vis de l'environnement. « Nous avons demandé aux prestataires d'envisager le cabotage parmi d'autres solutions, afin d'avoir toutes les données pour prendre notre décision ».
Les déchets quitteront Belle-Ile directement pour Vannes, évitant ainsi de nombreux camions sur les routes. La nouvelle organisation libérera des places sur les bateaux. Le budget total de la gestion des déchets, estimé par rapport aux volumes 2010, représente plus d'un million d'euros. 40 000 € ont été récupérés l'an dernier par leur valorisation.

samedi 14 mai 2011

Pêche : médaille du mérite pour Jean Ansquer


Le Palais mercredi 11 mai 2011
Patron pêcheur retraité, Jean Ansquer a été décoré jeudi 5 mai, de la médaille du mérite par le président de l'Association des pensionnés de la marine marchande et de la pêche (APMMP) pour plus de quinze années de services rendus à l'association.

mercredi 27 avril 2011

Hurtigruten conserve le service d'Express Côtier en Norvège



Le Nordnorge, de la compagnie Hurtigruten

crédits : HURTIGRUTEN







27/04/2011



Le gouvernement norvégien a renouvelé, mi-avril, le contrat confiant à la compagnie Hurtigruten la desserte des ports du pays. D'une durée de 8 ans, cette version norvégienne de la délégation de service public française permet d'offrir une ligne fret et passagers desservant quotidiennement 34 ports, de Bergen au sud à Kirkenes au nord. Pour exploiter l'Express Côtier, Hurtigruten arme 11 navires pouvant transporter de 400 à 822 passagers et, pour 9 d'entre eux, de 35 à 45 voitures. Chaque navire réalise la rotation Bergen-Bergen en 11 jours. En dehors du service rendu aux habitants et entreprises des régions desservies, la ligne est également proposée pour des croisières, permettant ainsi de découvrir la Norvège d'une manière très originale.

Véritable patrimoine national, l'Express Côtier, lancé dans les années 1890, est historiquement exploité par Hurtigruten. Toutefois, malgré le poids de l'histoire et la réputation de la compagnie, le renouvellement du contrat n'était pas gagné d'avance. Hurtigruten craignait notamment la concurrence du groupe Veolia, qui a développé des dessertes maritimes en Norvège ces dernières années et s'est, un temps, montré intéressé par la reprise du service.

Accident mortel à bord du CMA CGM Christophe Colomb





Le porte-conteneurs CMA CGM Christophe Colomb

crédits : CMA CGM - THIERRY DOSOGNE



26/04/2011


(Article diffusé le 18 avril). Deux jeunes officiers du porte-conteneurs français CMA CGM Christophe Colomb ont trouvé la mort, le 15 avril, alors que le navire se trouvait dans le port de Yantian, en Chine. Les victimes, un lieutenant de pont et un élève, participaient avec un marin philippin à un exercice obligatoire avec l'embarcation de sauvetage. « Il semblerait qu'une partie du mécanisme de mise à l'eau des bossoirs ait cédé alors que l'embarcation était remontée à bord, entrainant sa chute dans l'eau avec les trois marins », explique-t-on chez CMA CGM. Immédiatement, l'équipage a tenté de leur porter secours. Le commandant et le second capitaine ont, notamment, plongé dans le port pour leur venir en aide. Malheureusement, les deux officiers français n'ont pas survécu à la chute, le marin philippin étant quant à lui gravement blessé.

« Des exercices de sécurité ont lieu régulièrement à bord des navires CMA CGM et toutes les mesures nécessaires sont prises afin de protéger la sécurité des équipages. Cette embarcation de sauvetage et les bossoirs avaient été entièrement inspectés et certifiés par une société agréée en septembre 2010 et avaient fait l'objet d'un exercice similaire en janvier 2011. L'embarcation et les bossoirs étaient aussi équipés selon les recommandations de l'OMI d'un système de prévention des chutes "Fall Prevention Device" », précise CMA CGM.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de l'accident. Quant au navire, il a été autorisé à reprendre la mer après avoir embarqué deux radeaux de sauvetage en attendant la mise en place d'un nouveau life boat. « Le groupe travaille d'ores et déjà en coopération avec les autorités françaises (pavillon du navire, ndlr), le constructeur et des experts sécurité afin de déterminer les causes exactes de l'accident et mettre en place toutes les mesures nécessaires afin de s'assurer qu'un tel accident ne se reproduise pas ».

Mis en service en novembre 2009, le CMA CGM Christophe Colomb mesure 365 mètres de long et peut transporter 13.830 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur).



samedi 23 avril 2011

Une nouvelle navette électrique en rade de Lorient pour 2012



Entièrement écolo, une nouvelle navette électrique, construite par les chantiers STX de Lanester sera mise en service en juin 2012. Coût total : 3,2 millions d’euros. D’une capacité de 150 places, elle effectuera le trajet Pen-Mané-Quai des Indes à Lorient. Équipé d’une propulsion électrique nouvelle génération, ce navire « zéro émission » est une première mondiale. Le stockage de l’énergie électrique est en effet assuré par l’utilisation de super-capacités. Le salon chauffé et climatisé est également éclairé par des capots de toit permettant une ventilation naturelle. Deux panneaux photovoltaïques alimenteront le tout.

samedi 16 avril 2011

Pour Veolia, la moralisation du capitalisme passe par la Belgique

 

Impressionnante « optimisation fiscale » en Belgique 

Veolia Environnement a en effet mis en œuvre depuis janvier 2008 d’impressionnantes pratiques « d’optimisation fiscale » en Belgique.
Elle y a en transféré, en deux virements successifs, un total de près de 3 milliards d’euros de ses fonds propres sur les comptes de son bureau de lobbying européen, transformé pour l’occasion en une société dénommée « Veolia Environnement Europe Services ».
D’après les statuts initiaux de « Veolia Environnement Europe Services », et ses premiers comptes annuels, l’un des objets de la société est de servir de « banque interne » au groupe, en accordant des prêts à ses différentes filiales européennes
Cette discrète filiale exotique de Veolia pratique également la « couverture » des taux de change des monnaies, autrement dit spécule joyeusement sur les devises...


Statut Véolia Environnement Services Europe

Comptes Véolia Environnement Services 2008

La Commission européenne s’émeut 

La Belgique avait mis en place en 2006 un complexe dispositif « d’optimisation fiscale », désormais sulfureux en ces temps de retour à la « vertu entrepreneuriale », système destiné en théorie à attirer les sièges sociaux des entreprises, et à « promouvoir l’emploi » en Belgique…
Ce système, dit des « intérêts notionnels », offre une déduction fiscale pour le « capital à risque ». Le dispositif permet en fait aux entreprises de déduire un intérêt fictif (calculé chaque année en fonction du taux obligataire à 10 ans), lorsqu’elles investissent sur fonds propres. Il est ouvert aux entreprises belges, y compris les PME, et étrangères qui investissent outre-Quiévrain.
L’objectif des « notionnels » était notamment d’offrir une alternative à la disparition des « centres de coordination », massivement implantés en Belgique par les multinationales depuis des lustres, et combattus eux aussi depuis plusieurs années par les autorités communautaires, qui ont fini par obtenir l’extinction, programmée pour l’année 2010, des avantages fiscaux exorbitants dont ils bénéficiaient.
Dans un rapport publié en 2008, la Banque Nationale de Belgique (BNB) soutenait que les « notionnels » avaient renforcé la structure financière des sociétés en Belgique, tout en ne mettant pas en péril les finances publiques. Leur coût pour l’État oscillant, affirmait-elle, à l’intérieur d’une fourchette allant de 140 à 430 millions d’euros par an. Mais d’autres calculs de l’administration des Finances évoquaient un coût de plus de 700 millions annuel. En revanche, l’impact en termes d’activité économique et d’emplois était encore difficile à mesurer, indiquait la Banque nationale dont l’étude portait sur la première année d’application du système.
En Belgique, cette affaire a déclenché un furieux hourvari : de nombreux commentateurs ont accusé l’Etat belge d’y avoir perdu plusieurs milliards d’euros, pour le plus grand profit des multinationales qui se sont ruées sur l’aubaine…
On apprenait de surcroît en février 2009 que les désormais fameux « notionnels » étaient dans le collimateur des autorités européennes. « C’est un coup dur pour la Belgique qui était parvenue à renforcer son pouvoir d’attraction grâce à ce système avantageux instauré en 2006 », commentait en février 2009 le quotidien belge l’Echo.
Il est étonnant qu’il ait fallu trois ans pour que la Commission européenne s’interroge sur ce système. Mais elle aurait réagi, dit-on, à deux plaintes venant de l’étranger, probablement du Luxembourg. Et elle s’apprêtait donc à lancer une procédure en infraction contre la Belgique.
Selon la Commission, le système décourage les entreprises d’investir à l’étranger, car il n’a été adopté par aucun autre Etat de l’Union. Grâce à ces « notionnels », les entreprises comme les banques ont toutefois pu « renforcer leur solvabilité »....
Le contexte conjoncturel difficile n’empêche toutefois pas les autorités européennes de lancer une action contre ce système, qu’elles jugent contraire à la libre circulation des capitaux. C’est en fait un certain « nationalisme » qui est ainsi visé par l’Europe. A ce stade, on ne sait pas comment vont réagir les autorités belges.

Veolia, entreprise citoyenne ? 

Les « intérêts notionnels » permettent donc à Veolia de déduire de son impôt sur les sociétés une proportion fixée arbitrairement (« notionnelle », autre mot pour « fictive »), de son capital social.
Plus Veolia place de fonds dans le capital social de sa filiale belge (3 milliards d’euros, ce qui n’est pas rien), moins sa maison-mère française, après consolidation des comptes, paiera d’impôts sur les sociétés, en Belgique comme en France.
L’ingenierie financière est décidément sans limites. Pour ce qui est de la « gouvernance » et de la moralité des affaires par temps de crise, c’est évidemment affaire de point de vue...

Cet astucieux montage n’avait pas encore été porté au crédit de la flamboyante « présidence européenne » de la France.
Les « jeunes en alternance » qui vont bénéficier des conseils éclairés de leur mentor Veolia peuvent donc désormais raisonnablement espérer une brillante carrière à la Kerviel. D’autant plus, comme s’en émeut Le Monde du 24 mai 2009, que « La lutte contre la délinquance financière est en régression »

Escale forcée, les marins du cargo s'organisent

Emmanuelle Trocadéro et Joyce Racine, de Marin'Accueil, livrent 150 kg d'épicerie aux marins du Beluga Houston, saisi à quai.  / Thierry Creux
Emmanuelle Trocadéro et Joyce Racine, de Marin'Accueil, livrent 150 kg d'épicerie aux marins du Beluga Houston, saisi à quai. / Thierry Creux
Hier, le tribunal de commerce a maintenu la saisie provisoire du Beluga Houston. La solidarité avec les marins se met en place.
ReportageBouillon, lieu noir pané, riz et chou rouge, fruit. C'était le menu, hier midi, au mess des officiers du Beluga Houston. Ambiance détendue malgré la décision du tribunal de commerce de maintenir la saisie sur le navire. « Pour moi, représentant de la compagnie, ce n'est pas une bonne chose, pour l'équipage, ça va », confie Oleg Zvyeryev, 39 ans, le commandant ukrainien.
Propos confirmés par Karsten Strotmann. « Lorient est un joli port, tout près du centre-ville. C'est très pratique pour nous. » L'officier confirme que les salaires ont été payés. Par contre la nourriture commence à manquer. « Trois shipchandlers ont refusé de nous avitailler », regrette le commandant.
La trésorerie du bord permet de faire quelques courses. Et hop, voilà les marins en voiture jusqu'au Géant, guidés par Laure Tallonneau, du syndicat ITF. Pâtes, huile, oeufs, farine, lait, beurre, fromage, légumes... les trois chariots se remplissent vite. Pendant ce temps-là, Marin'Accueil livre 150 kg d'épicerie collectés auprès de la banque alimentaire. De quoi tenir la semaine.
Ouest-France  

vendredi 15 avril 2011

Étel. Le lycée maritime craint pour ses filières


Les personnels du lycée maritime d'Étel ont bloqué le Pont-Lorois, hier. Ils luttent pour conserver l'ensemble des filières de formation.
Des files de voitures de part et d'autre du Pont-Lorois, qui enjambe la Ria d'Étel entre Belz et Plouhinec, hier. De 9h à 11h, puis de 14h à 16h, les personnels en grève du lycée maritime et aquacole d'Étel ont effectué un blocage filtrant du pont. Des horaires choisis «pour ne pas ennuyer les gens qui vont au boulot» et une filtration souple pour ne pas trop gêner les automobilistes, contraints, au maximum, à dix minutes de patience. Tout au long d'une journée d'action menée dans une ambiance bon enfant, la trentaine de manifestants grévistes en chasubles jaune fluo a surtout cherché à toucher le grand public. Avec un certain succès puisque 800signatures ont été recueillies sur place et seront transmises à la Direction des affaires maritimes. Une étape supplémentaire dans la médiatisation du conflit après les diverses interpellations d'élus de tous bords. En plus du soutien des édiles locaux -les maires de Plouhinec, Belz et Étel sont notamment passés saluer les grévistes- les personnels du lycée ont, semble-t-il, convaincu le président de la Région, le socialiste Jean-Yves Le Drian, et celui du département, l'UMP François Goulard, du bien-fondé de leur démarche. Mais pas encore le ministère qu'ils soupçonnent -euphémisme- de vouloir redimensionner l'établissement à la baisse. «Nous ne dépendons pas du ministère de l'Éducation nationale mais de celui de l'Écologie, du développement durable, du transport et du logement, explique Jean-GabrielRapin, enseignant et délégué syndical. Le ministère, dans un but d'économie, avait décidé de spécialiser les différents lycées maritimes (*). À Étel, où nous avons les quatre filières, "pêche", "marin de commerce", "électromécanicien" et "culture marine", il était prévu qu'on nous supprime la pêche».

Réponse imminente

«Était prévu». Aux dernières nouvelles -une réunion des directeurs des lycées maritimes, mardi à Paris-la filière pêche serait sauvée au niveau de la seconde mais le «coup de ciseaux» serait reculé d'un ou deux ans (les élèves iraient faire leur terminale dans un autre lycée) ou appliqué à une autre filière. Des solutions que les personnels en grève refusent catégoriquement. «On veut garder les quatre filières, de la seconde à la terminale. Si tous les professionnels du secteur nous soutiennent aujourd'hui, c'est parce qu'ils savent notre rôle pour l'économie locale. Il n'y a pas une seule de ces quatre filières dans le Morbihan qui n'ait pas besoin de personnel». A priori, la réponse officielle du ministère tombera «avant les vacances», donc la semaine prochaine, avec la publication de la carte scolaire. Ce sera la fin du conflit... ou son durcissement.

* Il y en a douze en France, dont quatre en Bretagne, un par département.
  • Benoit Siohan
                                           *************************

À Lorient, un docker jugé pour violences lors d’une manifestation

Le procureur de la république du tribunal de Lorient a requis, ce jeudi après-midi, en audience correctionnelle, deux mois de prison avec sursis, et une amende de 200 € à l’encontre d’un jeune docker prévenu d’avoir jeté une pierre sur les forces de police lors de la manifestation sur les retraites du 19 octobre.
Elle s’était traduite par un face à face violent sur le pont de Carnel, entre manifestants et policiers. Le jeune homme a plaidé non coupable.
Il a affirmé ne pas se reconnaître sur clichés pris lors des affrontements. Le délibéré sera rendu le 12 mai. Pendant l’audience, une centaine de manifestants, à l'appel de la CGT, se sont rassemblés devant le tribunal pour soutenir le jeune docker.
À noter que deux autres de ses collègues seront entendus le 28 avril, par les policiers, pour des faits similaires commis le même jour. La CGT appelle à se rassembler de nouveau ce jour-là devant le commissariat de Lorient. (Ouest France)